Se donner les moyens de lutter contre les violences faites aux femmes : encore un effort!

25 novembre 2012
Par

   Aujourd’hui, nous avons été des milliers à défiler, des millions à penser à celles qui perdent leur santé,  leur autonomie, leur estime d’elle-même, leur toit, leur emploi, et trop souvent encore la vie, victimes de violences parce qu’elles sont des femmes.

La bonne nouvelle en France est venue l’implication personnelle du Président de la R&publique sur ce sujet, des annonces concrètes et énergiques qu’ils a formulées pour améliorer la prise en charge des victimes et les poursuites des auteurs.

L’augmentation des places d’hébergement d’urgence est effectivement une nécessité, mais ce n’est pas le coeur de la prise en charge des victimes. S’il est nécessaire de disposer de ces lieux pour accueillir celles qui se retrouvent sans toit, il est impératif de faire appliquer le pus largement possible les dispositions légales sur l’éloignement du conjoint violent. C’est à l’auteur des violences de quitter le domicile conjugal. C’est à la victime et à ses enfants de pouvoir disposer de leur environnement familier. L’hébergement d’urgence ne peut être une alternative à l’éloignement de l’agresseur.

Par ailleurs, afin de continuer à créer le cadre le plus adapté à la lutte contre les violences faites aux femmes, il demeure nécessaire d’élaborer une loi-cadre. Nous avons enregistré ces dernières décennies,  des progrès législatifs en matière de lutte contre les violences à l’encontre des femmes. Ces lois  sont incomplètes, notamment dans le domaine de la prévention, du soutien à apporter aux victimes et même en matière pénale. Comme l’indiquaient plusieurs députés lors du dépôt de leur proposition de loi, en  2007, en faveur d’une loi-cadre sur les violences de genre, il est impératif de  dégager d’importants moyens humains et financiers pour réduire ce fléau et de construire un instrument législatif global qui couvre aussi bien les aspects préventifs, éducatifs, sociaux, d’assistance et de suivi des victimes que les aspects législatifs civils et pénaux, les aspects procéduraux et d’organisation judiciaire. Il faut établir des mesures de protection intégrale afin de prévenir, sanctionner et éradiquer ces violences. Elle se veut une réponse globale en abordant des questions aussi vastes que : le domaine éducatif et des contenus scolaires sexistes ; la lutte contre la publicité et les médias sexistes ; les programmes de sensibilisation dans les structures sanitaires et sociales ; le droit et l’information à l’aide sociale globale et l’assistance juridique gratuite ; l’obtention du droit d’asile pour les femmes étrangères persécutées, victimes de violences sexistes ou en raison de leur action pour le droit des femmes ; le relogement pour les jeunes filles et les femmes victimes de violences ; la formation des médecins, inspecteurs et contrôleurs du travail ; l’accompagnement des personnes prostituées en but à l’esclavage moderne vulnérables économiquement, et l’abrogation de la pénalisation du racolage passif ; la redéfinition pénale des différents types de violences faites aux femmes ; des mesures judiciaires de protection et de sûreté des victimes ; des tribunaux spécifiques sur le modèle de la loi-cadre espagnole contre les violences de genres.

Mais les violences ne sont pas seulement physiques, elles sont aussi très massivement verbales. et il est inquiétant de constater une dégradation du vocabulaire et des comportements à l’école. Il est urgent d’intervenir massivement sur ce sujet à tous les échelons du cursus scolaire. C’est sur le terreau de la violence verbale sexiste chez les enfants et les adolescents que se nourrit la violence physique dans les couples plus tard. L’école et la communauté éducative doivent s’investir davantage sur ce terrain, cela signifie qu’une impulsion forte soit donnée au plus haut niveau et que des moyens y soient affectés. C’est l’une des mesures que nous attendons du prochain comité interministériel sur les droits des femmes.

 

 

Tags: , , ,

facebook comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *